Les monnaies locales

Eusko, Sol Violette, Doume, Cairn, Stück et autres noms fantaisistes… Elles sont une cinquante en circulation ou en cours de développement sur le territoire français. Les Monnaies locales complémentaires (MLC) redéfinissent le paysage monétaire français, en apportant une gestion décentralisée et citoyenne de la monnaie.

Une MLC est un titre de paiement qui circule sur un territoire délimité et au sein d’un réseau d’acteurs choisis (commerces et services de proximité, artisans, producteurs, associations et PME locales), sans possibilité d’épargne ni de spéculation.

Une MLC facilite le développement des circuits courts, dynamise l’économie locale et soutient une économie solidaire et respectueuse de l’environnement.

 

 

Coupons-billets Eusko (MLC du Pays Basque)

 

Ces monnaies sont dites complémentaires car elles ne cherchent pas à remplacer la monnaie nationale mais circulent de façon complémentaire sur le territoire. La parité 1 euro = 1 mlc est donc nécessaire. Cela permet de payer en monnaie locale les biens et services qu’il nous semble plus intéressant de produire localement mais sans se couper de toute la richesse du monde! On peut voir une monnaie locale comme un nouvel habit (plus « vert », « citoyen » et « responsable ») pour l’euro.

 

Elle sont parfois qualifiées de citoyennes (MLCC) pour appuyer l’origine citoyenne de la plupart des projets de monnaies locales. Une MLC est aussi un moyen de se ré-approprier l’outil monétaire et de lui redonner son rôle premier d’intermédiaire d’échanges.

 

Comment fonctionne une MLC :

Les monnaies locales complémentaires s’inscrivent dans le cadre de la loi de l’Économie Sociale et Solidaire du 31 juillet 2014 (article L 311-5 et 6). Echangées contre des €uros, à parité fixe de 1 pour 1, elles circulent sous forme de coupons-billets ou de monnaies électroniques. La comptabilité reste inchangée, toutes les déclarations fiscales étant saisies en euros, de la même manière que pour les tickets restaurants par exemple.

Une fois en possession d’unités de MLC, un particulier va pouvoir les échanger contre des biens ou des services chez les prestataires du réseau. A leur tour les commerçants, producteurs, artisans qui ont été payés en MLC vont les ré-utiliser pour payer leurs fournisseurs, leurs services, leurs factures ou encore leur propre consommation. Ils vont donc, à leur tour, privilégier des fournisseurs locaux pour leurs achats. Se met alors en place un cercle économique vertueux où la démarche de consommation locale et responsable est partagée par l’ensemble des adhérents de la MLC (particuliers comme professionnels).

 

Cercle économique vertueux engendré par une MLC

Grâce à ce cercle vertueux, les MLCs sont en permanence en circulation sur le territoire et alimentent l’économie réelle et locale. Les circuits courts ainsi favorisés ont des retombées positives directes en termes de transition écologique ou de lien social. En réorientant la consommation vers des échanges plus responsables les MLCs favorisent un système économique plus durable pour les humains et la planète. 

En complément, les euros échangés contre des unités de monnaies locales sont déposés sur un fond de garantie auprès d’une banque. Cette garantie, imposée par la loi, entraine un dédoublement monétaire.  D’un côté les unités de MLC qui circulent dans le réseau et de l’autre les euros gagés. Ces euros sont placés de façon à ce qu’ils participent au soutien de projets locaux et responsables. Pour cela les associations qui gèrent les différentes MLCs se rapprochent de partenaires bancaires éthiques qui permettent de flécher les fonds placés sur des projets cohérents avec les valeurs des MLCs.

 

Pourquoi utiliser une monnaie locale ?

En utilisant une MLC dans vos achats quotidiens, vous participez à une démarche collective qui :

  • stimule la relocalisation de notre économie,
  • favorise une consommation responsable, éthique et écologique,
  • aide au développement des savoir-faire locaux,
  • soutient les commerces et de l’emploi de proximité,
  • renforce les liens entre les acteurs d’un territoire,
  • encourage les circuits courts,
  • lutte, à sa mesure, contre la spéculation.

 

      

 

 

Historique des Monnaies Locales Complémentaires

Les titres de monnaies locales complémentaires se sont développées à la faveur de la crise économique et financière de 2007 qui a ébranlé la confiance des citoyens dans le système bancaire et financier. Ces titres sont le résultat de nombreuses expérimentations, ayant apportées leurs pierres à l’édifice des MLC.

Bien que nous pouvons retrouver des traces de monnayage complémentaire dès le Moyen-Âge, les premières expérimentions modernes commencent réellement suite à la Grande Dépression des années 30. L’expérience de Wörgl est la plus célèbre pour souligner l’efficacité des monnaies complémentaires comme catalyseur pour accroître la vitesse des échanges économiques sur un territoire.

Plus récemment, c’est l’expérimentation de certaines comunas d’Argentine au début des années 2000 qui a remis en avant l’intérêt des moyens de paiement complémentaire. En 2017, c’est près de 5000 moyens de paiement complémentaires qui ont vu le jour à travers le monde, dont plus de 40 MLC en France.  Le Cairn, votre MLC, fait partie de la cinquième génération des moyens de paiements complémentaires.

Comme les économistes Jérome Blanc et Marie Fare le soulignaient en 2013, les monnaies locales complémentaires « émergent toujours en réponse à des besoins sociaux qui se manifestent au niveau local ». La cinquième génération des moyens de paiements complémentaires cherchent à répondre aux besoins d’une économie plus durable et responsable envers son environnement.

Pour en savoir plus sur l’historique moderne des MLC, cliquez sur ce lien.