Les monnaies locales

Une Monnaie Locale Complémentaire (MLC) est une monnaie qui circule sur un territoire délimité et au sein d’un réseau d’acteurs choisis (commerces et services de proximité, artisans, producteurs, associations et PME locales), sans possibilité d’épargne ni de spéculation.

Une MLC facilite le développement des circuits courts, dynamise l’économie locale et soutien une économie solidaire et respectueuse de l’environnement.

 

 

Coupons-billets Eusko (MLC du Pays Basque)

 

Ces monnaies sont dites complémentaires car elles ne cherchent pas à remplacer la monnaie nationale mais circulent de façon complémentaire sur le territoire. La parité 1 euro = 1 mlc est donc nécessaire. Cela permet de payer en monnaie locale les biens et services qu’il nous semble plus intéressant de produire localement mais sans se couper de toute la richesse du monde!

 

Elle sont parfois qualifiées de citoyennes (MLCC) pour appuyer l’origine citoyenne de la plupart des projets de monnaies locales. Une MLC est aussi un moyen de se ré-approprier l’outil monétaire et de lui redonner son rôle premier d’intermédiaire d’échanges.

 

Comment fonctionne une MLC :

Les monnaies locales complémentaires s’inscrivent dans le cadre de la loi de l’Économie Sociale et Solidaire du 31 juillet 2014 (article L 311-5 et 6). Echangées contre des €uros, à parité fixe de 1 pour 1, elles circulent sous forme de coupons-billets ou de monnaies électroniques. La comptabilité reste inchangée, toutes les déclarations fiscales étant saisies en euros, de la même manière que pour les tickets restaurants par exemple.

Une fois en possession d’unités de MLC, un particulier va pouvoir les échanger contre des biens ou des services chez les prestataires du réseau. A leur tour les commerçants, producteurs, artisans qui ont été payés en MLC vont les ré-utiliser pour payer leurs fournisseurs, leurs services, leurs factures ou encore leur propre consommation. Ils vont donc, à leur tour, privilégier des fournisseurs locaux pour leurs achats. Se met alors en place un cercle économique vertueux où la démarche de consommation locale et responsable est partagée par l’ensemble des adhérents de la MLC (particuliers comme professionnels).

 

Cercle économique vertueux engendré par une MLC

Grâce à ce cercle vertueux, les MLCs sont en permanence en circulation sur le territoire et alimentent l’économie réelle et locale. Les circuits courts ainsi favorisés ont des retombées positives directes en termes de transition écologique ou de lien social. En réorientant la consommation vers des échanges plus responsables les MLCs favorisent un système économique plus durable pour les humains et la planète. 

En complément, les euros échangés contre des unités de monnaies locales sont déposés sur un fond de garantie auprès d’une banque. Cette garantie, imposée par la loi, entraine un dédoublement monétaire.  D’un côté les unités de MLC qui circulent dans le réseau et de l’autre les euros gagés. Ces euros sont placés de façon à ce qu’ils participent au soutien de projets locaux et responsables. Pour cela les associations qui gèrent les différentes MLCs se rapproches de partenaires bancaire éthique qui permette de flécher les fonds placés sur des projets cohérents avec les valeurs des MLCs.

 

Pourquoi utiliser une monnaie locale ?

En utilisant une MLC dans vos achats quotidiens, vous participez à une démarche collective qui :

  • stimule la relocalisation de notre économie,
  • favorise une consommation responsable, éthique et écologique,
  • aide au développement des savoir-faire locaux,
  • soutien les commerces et de l’emploi de proximité,
  • renforce les liens entre les acteurs d’un territoire,
  • encourage les circuits courts,
  • lutte, à sa mesure, contre la spéculation.

 

      

 

 

Historique des Monnaies Locales Complémentaires

On trouve traces de moyens de paiements complémentaires dès le Moyen-Âge où certains seigneurs rémunéraient leurs serviteurs par des bons n’ayant cours que sur ses propres terres. A l’ère moderne, les premières initiatives de monnaies locales complémentaires apparaissent sous la forme de jetons de salaire émis par des entreprises pour payer les travailleurs, et les jetons de certains commerces pour favoriser la loyauté de leurs clients. 

C’est à partir du 19ème siècle et des années 1930, suite à la Grande Dépression, que les monnaies locales rencontrent un franc succès pour pallier à la défaillance des banques nationales et dans un contexte de crise économique. Ces monnaies étaient généralement destinées à être rachetées en monnaie nationale à une date ultérieure.

L’expérience de Wörgl qui fut conduite de juillet 1932 à novembre 1933 en Autriche est un exemple classique de l’efficacité potentielle des monnaies locales. Pendant l’année où la monnaie fut en circulation, elle circula 13 fois plus vite que le shilling officiel. Plus récemment, l’Argentine a massivement appliqué un concept similaire suite à la grave crise économique qu’a connu le pays au tout début des années 2000.

Celles qui se développent actuellement en France répondent davantage à des considérations idéologique. Elles sont associées à des objectifs de transition écologique, de consommations responsable, de lien social, de solidarité… 

On estime en 2017 qu’environ 5 000 monnaies locales complémentaires sont en circulation dans le monde et 40 en France.